1er tour des Municipales : remerciement et accompagnement

Remerciement pour le 1er tour des Municipales

et accompagnement pendant cette crise COVID19

Malgré les circonstances exceptionnelles que nous traversons, ou plutôt à cause d’elles, il est important que la vie poursuive son cours, quoique sur un autre rythme pendant quelques semaines.

Je remercie les Saint-Mauriennes et tous les Saints-Mauriens qui m’ont accordé leur confiance pour ce 1er tour des municipales.

Pour vous accompagner, j’ai tenu à relancer cette lettre d’information, avec un contenu bien moins politique que de coutume….

1er tour des municipales Saint-Maur des Fossés Mars 2020

Malgré les circonstances exceptionnelles que nous traversons, ou plutôt à cause d’elles, il est important que la vie poursuive son cours, quoique sur un autre rythme pendant quelques semaines. C’est pourquoi j’ai tenu à relancer cette lettre d’information, avec un contenu bien moins politique que de coutume.

1er tour des Municipales – Dimanche 15 mars 2020

Merci pour votre confiance

Je remercie d’abord toutes les Saint-Mauriennes et tous les Saints-Mauriens qui ont accordé leur confiance dimanche 15 mars à la liste que je conduis. Ils ont choisi une liste de rassemblement, compétente et responsable, pour préserver l’esprit du Saint-Maur que nous aimons, et prendre à bras le corps les enjeux du monde d’aujourd’hui, à commencer par la transition écologique. Merci à tous !

Un scrutin touché par l’épidémie de coronavirus

Ce scrutin fut marqué par une abstention massive dans notre ville : 64%, due au contexte de forte propagation de l’épidémie de coronavirus (Covid-19), avec de premières mesures draconiennes prises pour l’endiguer.

Je remercie tous nos assesseurs, qui ont tenu les bureaux de vote malgré le contexte et les légitimes appréhensions qu’il pouvait susciter.

La campagne des élections municipales est à présent suspendue.

L’épidémie de Coronavirus : vigilance, confinement et accompagnement

La lutte contre l’épidémie : une priorité

La lutte contre cette épidémie est désormais pour nous tous la priorité. Je salue avec respect et admiration le dévouement de tous les professionnels de santé, qui œuvrent chaque jour auprès des malades.

Nous aussi nous avons à agir, chacun d’entre nous : nous devons faire preuve d’une vigilance extrême dans le respect des gestes barrière et des mesures de confinement. C’est indispensable pour protéger les personnes à risque, endiguer la maladie, et pouvoir reprendre une vie normale.

Beaucoup d’entre nous sommes confinés chez nous : nous gardons nos enfants et nous devons travailler à domicile. C’est mon cas.

Avec vous pendant cette période de confinement...

Pour vous accompagner durant cette période, tant que dureront les mesures de confinement, je vous présenterai dans chaque numéro de cette lettre une œuvre littéraire ou artistique que j’aime bien, ou encore nous aborderons quelques grands débats contemporains, en rapport avec la vie politique. Ce sera l’occasion d’un échange plus personnel entre nous, en attendant que cette vie politique reprenne ses droits.

Aujourd’hui, cette lettre est pour moi l’occasion de vous expliquer pourquoi j’ai choisi d’abord une formation « classique », fondée sur les « Humanités », c’est-à-dire sur l’étude des auteurs grecs et latins. Je me suis ainsi conformé à un modèle qui n’est plus très à la mode, mais qui a prévalu pendant des siècles : on faisait ses Humanités – selon l’expression consacrée – avant d’étudier le droit et les sciences politiques.

En prenant conscience de la gravité de l’épidémie à laquelle nous sommes confrontés, deux textes me sont immédiatement venus à l’esprit – et je vous conseillerai de lire d’abord le second que je m’apprête à citer.

Au début de son ouvrage Homo deus (traduction française, Albin Michel, 2017), Yuval Noah Harari exalte la toute-puissance de la technique, qui selon lui a permis à l’homme du IIIèmemillénaire d’entrer dans une nouvelle ère. C’est que désormais, nous serions libérés des trois grands fléaux qu’a connus l’humanité durant les siècles passés : les famines, les épidémies, les guerres. L’auteur apporte certes des nuances à ce constat, mais l’idée est que nous serions désormais en capacité de maîtriser ces phénomènes, que nous ne redoutons plus.

La thèse est contestable. Pour ce qui est des épidémies, l’épisode actuel suffit à le montrer. Nous redécouvrons ce que nous avions oublié : notre civilisation reste vulnérable à de graves pandémies, aussi bien sur le plan humain que sur le plan économique.

Ce qui m’amène à mon second texte. Et aux classiques.

Il s’agit d’un fameux passage de Thucydide, historien athénien du Vème siècle av. J.-C., qui raconte l’histoire de la très longue guerre (30 ans), dite guerre du Péloponnèse, qui a opposé les Athéniens aux Spartiates. Ce passage, c’est la peste d’Athènes.

Au début de la deuxième année de la guerre, en 429 av. J.-C., une terrible épidémie s’abattit sur Athènes. Elle emporta Périclès, son principal homme politique.

On appelle traditionnellement cette maladie « la peste », parce qu’elle était très contagieuse et provoqua beaucoup de morts, mais sa véritable nature est disputée : typhus, choléra ? On ne sait pas. Thucydide la décrit avec ses mots, et selon sa méthode : une approche strictement rationnelle, qui fait la grande modernité de son ouvrage. L’auteur insiste aussi sur les désordres moraux entraînés par la maladie, et sur le dévouement des médecins.

Qu’est-ce qu’un classique ? Qu’est-ce que l’humanisme ? C’est la conviction que l’homme et son rapport au monde n’ont pas fondamentalement changé en 2000 ans : il existe une permanence, au-delà des évolutions des mentalités, du savoir et des techniques.

L’idéal classique, c’est la permanence.

 « mais, si l’on veut voir clair dans les événements passés et dans ceux qui, à l’avenir, en vertu du caractère humain qui est le leur, présenteront des similitudes ou des analogies avec eux, qu’alors, on les juge utiles, et cela suffira : ils constituent un trésor pour toujours, plutôt qu’une production d’apparat pour un auditoire du moment. »

Thucydide, La Guerre du Péloponnèse, I, XXII, 4 (traduction Jacqueline de Romilly)

Suivez nous sur Twitter, @mfernandez2020,  et Facebook https://www.facebook.com/mfernandez2020/ où nous proposons tous les jours des activités diverses et variées.

Nous souhaitons un bon rétablissement à toutes les personnes malades.

#restezchezvous

Et pour plus d'actualités, suivez-nous !

Laisser un commentaire

quatre + 19 =