PROGRAMME ELECTIONS MUNICIPALES MARS 2020

Finances et Gestion

Redresser les finances afin de mieux investir pour l’avenir

programme elections municipales finances et gestion

Finances et Gestion

Un redressement des finances et une gestion plus responsable

La commune est dans une situation financière difficile, sous surveillance de la Chambre régionale des comptes (CRC).

Le contexte :

La Dotation globale de fonctionnement (DGF), a diminué de 60% entre 2014 et 2017, sous François Hollande. Toutefois, le gouvernement d’Édouard Philippe a mis fin à cette tendance en la stabilisant à partir de 2018.

Pourtant, à Saint-Maur, acculée budgétairement, la municipalité a augmenté les impôts locaux et les tarifs des prestations dans des proportions très importantes afin de retrouver des marges de manœuvre : les impôts locaux ont notamment augmenté de 10%, la plus forte hausse du Val-de-Marne.

Les comptes de la ville sont en effet dégradés par une dette record, qui a explosé au début des années 2000. Saint-Maur est la 4ème ville la plus endettée de France. En signant un contrat avec l’Etat, Saint-Maur s’est engagée à limiter la croissance de ses dépenses de fonctionnement à 1,025% par an et à ramener sa capacité de désendettement à 12 ans à terme. Toutefois, jusqu’à ce jour, ce contrat, particulièrement engageant, n’a pas été rendu public.

Nos priorités pour les finances de la ville :

  • Une reprise du traitement de la dette

    Diminuons la pression de la dette.

  • Un redressement des finances

    - Redressons nos finances afin de pouvoir mieux investir pour l’avenir.
    - Travaillons à une gestion plus responsable.

  • Un meilleur service

    Améliorons le service rendu aux Saint-Mauriens.

Les points négatifs dans la gestion actuelle :

  • Une rigueur sans but

    Une rigueur brouillonne et sans perspective. Si celle-ci est nécessaire, la rigueur pour la rigueur n’a pas de sens. Elle doit être l’occasion d’améliorer l’efficience du service public rendu aux citoyens.

  • Une augmentation de la dette

    La dette augmente, passant de 215 millions € en 2014 à 263 millions € en 2019. Le ratio de désendettement est passé de 33,16 à 13,18 ans entre 2017 et 2018, mais il va augmenter selon les prévisions budgétaires 2019, passant à 16,9 ans. Soit un niveau légèrement inférieur à ce qu’il était en 2013, dernier exercice budgétaire complet de la mandature d’Henri Plagnol.

  • Des investissements insuffisants

    Les investissements sont insuffisants pour préserver notre cadre de vie. Un chiffre : sur 157 km de chaussées, 6 km seulement ont été réhabilités en 2018. À ce rythme, il faut plus de 25 ans pour tout rénover : les nids de poule ont de beaux jours devant eux !

  • Des prévisions budgétaires non respectées

    Les prévisions et le pilotage budgétaires sont déficients en matière d’investissements. Il y a parfois des différences notables entre les montants annoncés avec emphase lors des débats budgétaires, ceux affichés dans le budget, qui n’est qu’un document prévisionnel, et enfin ceux effectivement réalisés.

  • Des investissements non-vertueux

    Il n’y a pas de financement vertueux des investissements : la municipalité sortante a mené une politique à courte vue de vente du patrimoine des Saint-Mauriens, avec près de 50 millions de biens vendus depuis 2014. La dette des parcs de stationnement (7,5 millions €) n’a pas été reprise par le délégataire, et a donc dû être intégrée à la dette de la ville, venant ainsi l’augmenter.

Lire aussi :

Lire aussi les autres thématiques du programme :

Rejoignez-nous et contribuez à notre campagne !

Contribuer à la campagne, c’est s’engager à nos côtés pour refaire de Saint-Maur une ville dynamique où il fait bon vivre !

Nous avons besoin de vous pour réveiller la ville saisie d’une torpeur doucereuse.

Nous avons besoin de vous pour refaire de Saint-Maur une ville remplie d’énergie et avec une vision d’avenir !

Et pour plus d'actualités, suivez-nous !